le Symevad produit des CSR et injecte du biogaz

Flambant neuve, l’usine du Symevad, le syndicat mixte de valorisation et élimination des déchets (310 000 habitants) est en fonctionnement depuis mai.

A la différence des tri-mécanos-biologiques, l’unité ne fabrique pas de compost. Le but est d’extraire un maximum d’énergie des déchets, sous forme de biométhane et de combustibles solides de récupération (CSR). Avec le TVME seulement 20 % des déchets partent en décharge. Chaque année, l’usine du Symevad transformera 100 000 tonnes de déchets, en majorité des ordures ménagères, alors que le gisement actuel est de 106 000 tonnes. Son dimensionnement a volontairement été limité pour correspondre à l’ambition de réduction des déchets du syndicat qui a déjà baissé son tonnage de 15 %. Même en diminuant encore les quantités, l’approvisionnement de l’usine ne devrait pas être en péril.
L’investissement total du projet représente 48 millions d’euros (avec une aide de l’Ademe de 5 M€ et du Feder de 3 M€), pour un coût de traitement de 100 euros/tonne. Un coût de traitement semblable à ceux des incinérateurs ou des décharges, mais avec un bilan environnemental et énergétique bien meilleur. En effet, le TVME produit 1 490 kWh par tonne de déchet entrante, soit 30 fois plus que l’enfouissement. Son bilan net de production énergétique se chiffre à 128 000 MWh/an, avec 2,4 millions de m3 de biométhane et 32 000 tonnes de CSR.

Pour connaître les détails du démarrage de l’unité, rendez-vous à la sortie du n° 230 du Journal des énergies renouvelables.

Watts-New prépare un dossier de quatre pages sur une nouvelle filière de combustibles à partir des déchets, le CSR. A retrouver dans le Journal des Energie renouvelables de novembre-décembre 2015.